Ils font leur réussite…

En septembre 2023, les Bureaux des Entreprises (BDE) ont été créés dans tous les établissements professionnels de l’académie de Toulouse avec le recrutement de 54 responsables BDE et 9 postes de superviseurs/animateurs dans les DSDEN qui deviennent des référents de la relation École-Entreprise.  

Après six mois d’activité, nous avons souhaité donner la parole aux acteurs du Bureau des Entreprises : proviseur, directeur délégué à la formation professionnelle et technologique, responsable du Bureau des Entreprises, superviseur du Bureau des Entreprises, professeur pacté. 

Danielle BODIN
proviseure du lycée professionnel Renée-Bonnet à Toulouse

En quoi l’arrivée du Responsable du Bureau des Entreprises (RBDE) correspond-elle à un besoin ? Quels sont les sujets que vous avez immédiatement proposés à votre RBDE ? 

Quand le RBDE est arrivé, nous avions déjà identifié les besoins : 

  • Ancrer un développement sur le monde industriel (DDFPT Métiers de bouche) ; 
  • Notre DDFPT partant dans quelques mois à la retraite, le RBDE pourra faire le lien avec le nouveau DDFPT ; 
  • Assoir un vivier d’entreprises pour les publics en situation de handicap. 

Il y a eu ensuite un ajustement des missions de la RBDE, qui a pu élargir son champ d’action.

cécile frendo
superviseure des bureaux des entreprises
du tarn-et-garonne

Quelle est votre mission ?
J’anime le réseau des Bureaux des entreprises de mon département. Placée au sein d’une Direction des Services Départementaux de l’Éducation nationale (DSDEN), je suis en lien avec mes homologues des autres départements ainsi qu’avec tous les acteurs engagés dans la Relation École-Entreprise (monde éducatif, monde économique et institutions publiques) pour mener des actions communes. En tant que référente de la relation école-entreprise sur le département, je tisse un réseau et acquiers au fil des rencontres et projets une vision globale du territoire départemental tout en prenant en compte le contexte académique, notamment pour identifier les besoins d’évolution de la carte des formations.  

Pourriez-vous nous donner des exemples concrets d’animation des RBDE ?  J’ai la possibilité d’effectuer un point hebdomadaire avec les cinq responsables BDE du département du Tarn-et-Garonne, sur les actions menées et à venir. Lors de ce temps de partage de bonnes pratiques sont parfois invités des partenaires proposant de nouvelles collaborations. Je facilite également la mise en œuvre de projets impliquant plusieurs établissements (selon les filières, le secteur géographique…) ou de dispositifs nationaux et académiques (Semaine de l’industrie, Mentorat…). 

FATIMA OLIVEIRINHA
RBDE DU LYCÉE PROFESSIONNEL RENÉE-BONNET À TOULOUSE

Comment avez-vous pu réinvestir votre vécu professionnel passé au sein d’une mission locale pour que le Bureau des entreprises mette en place de nouveaux dispositifs ? Dès lors, comment définiriez-vous votre action entre le monde de l’entreprise et les enseignants ? 

J’ai travaillé de nombreuses années à la Mission Locale. J’ai donc pu immédiatement réinvestir cette expérience professionnelle au service du BDE de mon établissement. Par exemple, concernant le suivi du dispositif Ambition Emploi, j’ai pu aussitôt mobiliser les bons interlocuteurs, ce qui est crucial en termes de réactivité pour le public cible. A la demande de la proviseure, j’ai réinvesti mon réseau de connaissances dans la filière industrielle pour promouvoir nos formations dans ce domaine et ainsi renforcer le lien Ecole-Entreprise au bénéfice de nos élèves. 

DIDIER MOLA
DDFPT DU LYCÉE POLYVALENT VICTOR-DURUY
À BAGNÈRES-DE-BIGORRE

Vous avez une RBDE qui vient du lycée général, donc qui connait bien l’Éducation nationale, comment avez-vous pu l’intégrer au BDE ?  

Dans mon département, les Hautes-Pyrénées, les secteurs industriel, sanitaire et social et de la sécurité, nous offrent un large panel d’entreprises et tout autant de possibilités de stages pour nos élèves.  

En tant que DDFPT, nous manquions de temps pour faire le lien avec ces entreprises du bassin. L’arrivée du RBDE a été un appui important pour la relation Ecole-Entreprise.  
Le RBDE a tout d’abord rencontré les équipes pédagogiques pour mieux connaître nos formations, puis a enclenché très rapidement le lien avec les entreprises. Il a notamment contribué à la signature de conventions avec les industriels.  
Dans un second temps, un travail a été mené pour développer de nouveaux partenariats économiques. 
Dans un troisième temps, nous avons déployé notre communication vers de nouvelles entreprises. L’arrivée du RBDE nous a permis de démultiplier nos actions. 

ANNE-SOPHIE TRIBOUT
ENSEIGNANTE PACTÉE AU LYCÉE PROFESSIONNEL JEAN-DURROUX

Pourquoi avoir pris une mission de PACTE et est-ce que vous avez un exemple de mission relation École-Entreprise pour laquelle vous avez interagi avec les RBDE ?  

Les années précédentes, je menais déjà quelques actions autour de la relation Ecole-Entreprise, mais par manque de temps, je ne parvenais pas à aller au bout de ce qui est, selon moi, nécessaire de mettre en place. La signature d’un pacte a permis d’officialiser et de reconnaître cette mission au sein de l’établissement, donc de la rendre plus visible et plus efficace.  

J’ai été conviée ainsi que tous les RBDE du département à participer à une réunion organisée par le Superviseur avec France Travail. Celle-ci avait pour objet de nous présenter les applications de l’Emploi Store. A l’issue de cette réunion, il m’a semblé évident de travailler en binôme avec la RBDE de mon établissement afin de sélectionner les applications les plus pertinentes pour nos élèves.  Notre approche a été la suivante : la RBDE s’est focalisée sur l’approche pro grâce à son expérience dans l’entreprise, de mon côté, je me suis concentrée sur l’apport pédagogique de ces applications. Dès lors nous avons eu l’idée, ensemble, de créer une présentation interactive et utilisable par tous. Elle est accessible sur ce document.